Histoire du Roton

La tour du Roton est le seul vestige du charbonnage de la Société Anonyme des Charbonnages Réunis de Roton-Farciennes. Le charbonnage a fermé définitivement ses activités en 1984.

La tour se dressait (et se dresse toujours) à l’aplomb du puits Ste Catherine qui descendait à une profondeur d’environ 960 m. Les démolisseurs se sont retrouvés, avec les techniques de l’époque, dans l’impossibilité de faire tomber la tour.
La société Anonyme des Charbonnages-Réunis de Roton-Farciennes, Baulet et Oignies-Aiseau a vendu le site à la région Wallonne. Les bâtiments ont été démolis pour faire de la place à zoning industriel pour des PME. Le propriétaire actuel de la parcelle avec la tour du Roton est Monsieur Luc Ronsmans.

Cette tour a remplacé l'ancienne molette d'origine, qui ne remplissait plus les nouvelles exigences de production

Sa construction a commencé en 1959 pour être terminée environ deux ans plus tard. La particularité de cet édifice était que le moteur principal de la machine d’extraction se trouvait en haut de la tour.

Sur la photo ci-dessus, on voit la tour dans son environnement, juste à la fin de sa construction. La tour est neuve.
On peut voir également sur le côté une molette d'un puits secondaire, ainsi que l'infrastructure qui coiffait le puits d'aération.
Actuellement, le puits a été complètement comblé, les machines ont été démantelées sauvagement et envoyées à la mitraille.

Après quelques années de réflexion, c'est en 2013 que Monsieur Ronsmans a accepté le projet du club de spéléologie « Les Sus Pendus » de réaliser des parcours de cordes dans et à l’extérieur de la tour. La tour du Roton est devenue un site unique et original, en Belgique, en Europe, qui permet de s’entrainer aux différentes techniques de cordes.